Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 15:56

On a quinze ans. On joue au bab'. De la main gauche, on lève les milieux pour tirer des arrières. Pas de roulettes. Deux points des demis. Shoot en diagonale. Cinquante centimes d'euros la partie et les règles qui nous reviennent en mémoire petit à petit. Les réflexes aussi. On va à la pêche histoire d'économiser une balle mais on aime autant ne pas avoir à y aller et entendre la balle claquer au fond du but. Un coup franc et direct, percutant... Et diablement jouissif. On est trois copains alors on se fait un petit tournoi avec revanche et belle. Et puis comme il se doit, un quatrième joueur commence par zieuter le baby puis s'invite et nous voilà partis pour une série de matchs en double. Sur les coups de onze heures trente, minuit, la rue se réveille, les jeunes sont de sortie, un son dancefloor sort des enceintes du bar, on est dans le jeu. On joue plus d'une heure et demi et on est bien. Trois heures plus tôt, nous hésitions à aller au cinéma mais aucun film ne nous bottait vraiment. Sans regret. On a improvisé la soirée et on a bien fait. On a quinze ans là, on tient les poignées du baby, on se charrie pour la forme. On n'est plus au lycée, on ne sèche pas le cours de physique, on a des cheveux en moins et des gosses à la maison mais on a quand même quinze ans, on a les paumes des mains rouges et moites parce qu'on est des champions du bab'. On en a passé des heures, 2 francs la partie, le vainqueur paie son coup. Nous menons plusieurs vies en une... Nous sommes aujourd'hui pères de famille, nous cultivons des potagers, voyageons un peu, courons, travaillons et faisons tourner la roue de la société... Seulement voilà, Nous savons malgré tout qu'il existe des passerelles et qu'en suivant au petit bonheur la chance les chemins du hasard, on peut revivre, le temps d'une soirée, une de nos vies anciennes, oubliées, dans nos mémoires ensevelies.

Oui, nous regardons les passants passer. Une petite fille laisse tomber sa boule de glaces par terre juste devant nous. Elle pleure et nous pensons tous au même moment que la mère pourrait soit demander une autre boule à la marchande, soit lui en payer une autre mais non, rien de tout cela, la boule est restée par terre et un petit garçon, cinq minutes plus tard a mis le pied dedans et il n'y a pas de moral à cela, comme il n'y a pas de sens à la vie. Mais nous regardons les passants passer puis nous entrons dans le bar, nous jouons au baby. Nous avons quinze ans et nous menons plusieurs vies.

Partager cet article

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Day notes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du Pyl
  • Le blog du Pyl
  • : Un carnet de bord... De chansons, dessins, poésies et autres divagations...
  • Contact

Mes disques

Pochette Monstres En compagnie des monstres 

 

pourquoirecto Pourquoi j'ai mangé M. Pyl

 

le declin pochette2 Juste avant le déclin

 

en roue libre pochette En roue libre 

 

pochetteenfamille En famille 

 

alancienne A l'ancienne 

 

Pochette Pyl A la campagne 

Recherche

Pages

Toutes Les Chansons Des "jean"...