Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 15:56

On a quinze ans. On joue au bab'. De la main gauche, on lève les milieux pour tirer des arrières. Pas de roulettes. Deux points des demis. Shoot en diagonale. Cinquante centimes d'euros la partie et les règles qui nous reviennent en mémoire petit à petit. Les réflexes aussi. On va à la pêche histoire d'économiser une balle mais on aime autant ne pas avoir à y aller et entendre la balle claquer au fond du but. Un coup franc et direct, percutant... Et diablement jouissif. On est trois copains alors on se fait un petit tournoi avec revanche et belle. Et puis comme il se doit, un quatrième joueur commence par zieuter le baby puis s'invite et nous voilà partis pour une série de matchs en double. Sur les coups de onze heures trente, minuit, la rue se réveille, les jeunes sont de sortie, un son dancefloor sort des enceintes du bar, on est dans le jeu. On joue plus d'une heure et demi et on est bien. Trois heures plus tôt, nous hésitions à aller au cinéma mais aucun film ne nous bottait vraiment. Sans regret. On a improvisé la soirée et on a bien fait. On a quinze ans là, on tient les poignées du baby, on se charrie pour la forme. On n'est plus au lycée, on ne sèche pas le cours de physique, on a des cheveux en moins et des gosses à la maison mais on a quand même quinze ans, on a les paumes des mains rouges et moites parce qu'on est des champions du bab'. On en a passé des heures, 2 francs la partie, le vainqueur paie son coup. Nous menons plusieurs vies en une... Nous sommes aujourd'hui pères de famille, nous cultivons des potagers, voyageons un peu, courons, travaillons et faisons tourner la roue de la société... Seulement voilà, Nous savons malgré tout qu'il existe des passerelles et qu'en suivant au petit bonheur la chance les chemins du hasard, on peut revivre, le temps d'une soirée, une de nos vies anciennes, oubliées, dans nos mémoires ensevelies.

Oui, nous regardons les passants passer. Une petite fille laisse tomber sa boule de glaces par terre juste devant nous. Elle pleure et nous pensons tous au même moment que la mère pourrait soit demander une autre boule à la marchande, soit lui en payer une autre mais non, rien de tout cela, la boule est restée par terre et un petit garçon, cinq minutes plus tard a mis le pied dedans et il n'y a pas de moral à cela, comme il n'y a pas de sens à la vie. Mais nous regardons les passants passer puis nous entrons dans le bar, nous jouons au baby. Nous avons quinze ans et nous menons plusieurs vies.

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Day notes
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 18:56

J'ai Dominique A en tête "Et même en plein soleil, on est toujours loin du soleil, tu sais que je veux te garder...". Son dernier album "Vers les lueurs". Je suis à Saint Sornin, sous un marronnier, dans mon camion. Un chien aboie derrière une grille en fer forgé, il aboie après moi puis se calme. Je passe devant le café communal qui a une bonne tête de café communal. Non loin du café, les toilettes avec un écriteau "toilettes" qui vaudrait son pesant de cacahuètes en brocante. Une cabine téléphonique... On enlève tout dans les campagnes, les postes, les boulangeries, les épiceries "dépôt de pain", les coiffeurs mais on laisse encore des cabines téléphoniques... Des rhododendrons, pleins de rhododendrons et c'est très joli devant les façades des maisons, devant l'église aussi, tous ces rhododendrons. Une Xanthia bleue garée devant une pelouse... Je filme... Je filme avec ma petite caméra toute nouvelle que je me suis acheté avec mes sous, je filme un chemin qui mène à un lac, une souche, une énorme souche, un poids lourd qui passe et plus loin, je filme encore le calvaire "la sainte famille" et je m'amuse à courir entre les buissons tout en filmant, ça fait film d'épouvante, je me la joue David Lynch filmant la route dans "Lost Highway" version vendénne, cheap et rural avec en musique de fond Dominique A... ça fait pas peur, c'est juste beau "Et même en plein soleil, on est toujours loin du soleil". Bon là, on n'est pas vraiment en plein soleil vu qu'il fait encore gris de chez gris en ce 22 juin... Il a même plu tout à l'heure... Je pense à autre chose, je pars un peu et je me dis en me recentrant sur mon sujet qu'il est bien difficile aujourd'hui de se concentrer sur son sujet. Il y a trop de parasites, d'éléments perturbateurs tout autour de nous... Trop de bruits, d'images, de sons et là je suis bien, dans mon camion. Je n'entends que le vent souffler, souffler fort et le bruit d'une voiture qui se rapproche. Une Twingo qui passe derrière moi. Deux minutes plus tard, une C3 (que de marques je sais et je ne suis même pas sponsorisé!!!), à son bord, un papi un peu épais, en short kaki, bottes coupées, pull bordeaux et casquette bleue, il dépose une lettre dans la boîte aux lettres et repart. Je ne suis pas dans l'action. Un tracteur, à son bord un agriculteur souriant, sifflant. On dirait presque une pub pour les produits du terroir style "la campagne, ça vous gagne". Je flotte entre les branches du marronnier, je flotte mais sans couler pourtant, je flotte au vent. Les nuages se dissipent enfin et le soleil fait son apparition, je le vois mais ne peux le toucher... Oh oui... "Même en plein soleil, on est toujours loin du soleil... Mais c'est vrai que je veux te garder"...

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Carnets du coin
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 20:51

il y a deux semaines environ...

 

Je pars à la va-vite car aujourd'hui, je n'ai pas pris le temps d'écrire et comme il ne me reste que trois petits quarts d'heure de solitude devant moi avant une soirée de folie chez des amis... Ben je me dis "fonce tonton, ponds-nous un de ses articles dont le monde entier se passionne!!!". Saint Benoist sur Mer donc, le lapin qui fume... Là, je me devrais d'expliquer cette étrange assocation entre ce nom de village et ce lapin à la pipe mais non, je n'en ferai rien... Internet vous expliquera tout cela mieux que moi... Non en fait de mon côté, j'emprunte un chemin que je ne connais pas qui me mène à une route que je connais... Je lis les panneaux pédagogiques du conseil général de la Vendée installés sur le point de vue près de l'étang, près du camping et j'essaie d'apprendre des choses sur le marais. Dans le coin donc, il y a des hérons garde-boeufs qui s'appellent comme ça non parce qu'ils remplacent le garçon de ferme (tiens c'est désuet, c'est joli tout plein ça comme expression ça, je la garde!!!) mais parce qu'ils trouvent de la bouffe dans les champs autour des vaches et non dans les zones humides du marais comme les autres (hérons j'imagine???). On a l'anax empereur qui est une libellule et il y a tout un explicatif sur son mode de reproduction mais bon, je décroche. Et des infos en vrac sur la carpe, la tanche, l'aigrette et on s'en fout un peu sauf un truc sympa pour les gosses: La bardane (une plante) dont la capitule a pour particularité d'accrocher au tissu du coup on peut en faire des fléchettes. On décroche la tête de la capitule qu'on accroche à une plume, on lance notre petite fabrication sur une cible en tissu et  zou, le tour est joué, on a une fléchette maison. Du Mac Gyver ludique, bucolique et écologique... ça me fait penser qu'il faut vraiment que je m'équipe d'un appraeil photo pour mes sorties mais bon, en même temps, ne pas en avoir m'apprend à structurer mon esprit pour mieux écrire donc c'est bien et puis au royaume de l'image, un brin de lecture ne peut pas vous faire de mal...

Voilà, après, il y a une base de canoës en bois qui épouse bien la nature environnnante et c'est sympa. D'ailleurs, il n'y a rien à dire, c'est très sympa. Et sinon et sans transition, j'attaque une série de concerts M&JG et je suis content. On va bien rigoler je pense.

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Carnets du coin
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 09:43

Dimanche dernier...

 

A moitié à poil dans le salon, nous dansons.

Sur Electric Guest, sur les Black Keys, sur Carl Mann.

Nous inventons des chorégraphies. Nous faisons des grands gestes avec les bras, des moulins, des vagues, des soleils. On marche comme des robots, comme des indiens, main devant la bouche, hache de guerre en main, comme des zoulous, sautillant d'un pied sur l'autre, appelant la pluie. On se prend la main et on marche puis court dans une prairie imaginaire. Et puis les bras tendus, on tourne sur nous-mêmes, tête en arrière, cheveux au vent, on est sur un manège. On rigole bien. Notre petite fille nous rejoint (les garçons sont chez les mamies), elle veut danser aussi. Alors nous dansons tous les trois, on essaie de suivre la musique mais ça n'est pas facile, elle veut tourner, tourner toujours plus vite. Il y a eu les élections ce soir et tellement qu'on s'en fout qu'on a oublié de regarder les résultats mais ça ne nous empêche pas de danser. On a de la chance de pouvoir danser comme ça et de s'abandonner et de s'oublier. Ca doit être important pour moi de m'oublier car j'écris souvent sur ça. Oui, bien sûr que c'est important, je le sais. Je ne m'abandonne pas assez, c'est pour ça. Mais j'apprends. Je danse dans le salon en attendant de maîtriser l'abandon. Je suis un novice dans l'abandon. Mais je n'abandonne pourtant pas, non. Je danse.

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Day notes
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 16:56

LA vidéo officielle de M&JG est en ligne...

 

à découvrir sur le

 

http://www.youtube.com/watch?v=PUIK3dJQ3IM&feature=share

 

et bien sûr en lien sur les sites

 

www.micheletjeanguy.com

 

et

 

www.facebook.com/micheletjeanguy

 

... Une merveille à faire suivre à la terre entière, histoire de danser comme des petits hamsters!!!

 

YOUPI!!!


 

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Actus
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du Pyl
  • Le blog du Pyl
  • : Un carnet de bord... De chansons, dessins, poésies et autres divagations...
  • Contact

Mes disques

Pochette Monstres En compagnie des monstres 

 

pourquoirecto Pourquoi j'ai mangé M. Pyl

 

le declin pochette2 Juste avant le déclin

 

en roue libre pochette En roue libre 

 

pochetteenfamille En famille 

 

alancienne A l'ancienne 

 

Pochette Pyl A la campagne 

Recherche

Pages

Toutes Les Chansons Des "jean"...