Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 14:19

J'avais écrit il y a un moment une chanson qui s'appelait "Il y a dans la vie des moments que l'on sait des plus importants" (publié sur le blog le 16 janvier 2011 pour les curieux)... Un titre quelque peu ironique... pour revenir là-dessus... Voici un petit résumé d'évènements incontournables dans la vie d'un homme ou de ces choses qu'on ne croyait pas qu'on serait amené à faire mais qu'on se retrouve à faire par un curieux hasard de circonstances sinon mauvaises tout au moins étranges , burlesques voire absurdes.

 

A savoir:

 

First story

 

Hier, à 22h17, quand tout homme normalement constitué est soit devant sa télé, soit au pieu avec une bon bouquin, ben moi, j'étais tout en haut du toit de ma maison qui est une maison très haute. Flash Back: Depuis mon studio, je monte sur l'escabeau, passe par le vélux, rampe sur le fibro recouvert de tuiles de ma grange, grimpe maladroitement sur les ardoises du toit super pentu de ma maison, j'escalade la cheminée en briques méga large, haute et imposante. J'ai un bonnet de laines sur la tête, des gants de jardinage, un pulle en laine, un pantalon Johnny Clegg et une paire de Converse basse verte.

But why me direz-vous?

a- Je viens de regarder en streaming un vieil épisode d'Arsène Lupin, je suis somnambule et je prends ce qui traîne dans ma penderie et avec classe et nonchalance décide de me la jouer gentleman cambrioleur.

b- Pour la deuxième année consécutive, un nid d'abeilles tentent de s'installer dans la cheminée de la chambre de mon grand, je décide de bâcher celle-ci avec un grand sac poubelle et deux tendeurs (échouant lamentablement au passage je le précise).

c- J'aime le raggamuffin et je veux crier ma joie et ma passion dans tout Curzon.

 

Ceux qui ont répondu b- ont gagné un an d'abonnement gratuit au magazine FITM (folk in th e marais) qui a le mérite de ne pas encore avoir vu le jour mais qui aura pour couverture de son numéro 1 Monsieur Pyl, chef de file incontesté du mouvement underground du dit-marais. Et ça, ça n'est pas rien.

 

Second Story

 

- Et on se commande une tablette graphique pour faire de la BD ou des supers dessins par ordi?

- Oh oui, oh oui!!!

[Commande, réception,  déballage]

[reprise du dialogue]

  - Et on se l'installe?

- Oh oui, oh oui!!!

- Et on suit le tutoriel pour apprendre à s'en servir?

- Oh oui, oh oui!!! 

[deux heures passent]

- Et... C'est pas un peu chiant là les explications?

[Silence, une heure passe]

- Et mais ça a l'air trop compliqué, c'est stressant en plus et puis on n'y arrivera jamais en fait... Et puis ça marche pas... Et puis j'comprends rien à photoshop de toute façon... Euh... On le renvoie du coup?

- Ben oui!!!

 

Et voilà, c'était l'histoire de la tablette graphique, un truc moderne pas fait pour nous donc (un de plus)... Ci-dessous, le seul dessin conçu à la tablette histoire de dire qu'on s'en est servi... Youpi!!!

 

Dessin-tablette.png

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Day notes
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:06

La nouvelle rubrique donc, en ligne le mercredi... Enfin quand ça me prend en fait... Des phrases entendues de potes ou d'inconnus et collectées soigneusement par mes soins.

Afin de respecter l'anonymat des personnes concernées et afin de ne pas heurter leur sensibilité respective, leurs noms (en l'occurrence prénoms) ont volontairement été changés. A la place, j'ai utilisé des prénoms de héros de bandes dessinées parce que la bande dessinée est un pays libre (oublie René, tu te fais du mal...)...

 

Jeudi  

Bonjour, nous sonnons chez les gens parce que nous pensons que la bible est un ouvrage important pour notre époque. (Charlie)

 

Vendredi

Ah ben non, si tu me coupes le bras, ma maman, elle ne sera pas contente après moi. (Bibi)

 

Samedi 

Quand j'étais ado, j'ai apprivoisé une buse. Je lui donnais du canigou, elle me mangeait dans la main. (Ric)

 

Dimanche

Et alors là, il m'a pris par la poignée et il m'a claqué par terre. (Flash)

 

Lundi

J'ai entendu comme des pages de cahier voler. (Adèle)

 

Mardi

Avec la tête que j'ai, on me demande toujours si j'ai de la beu dans la rue. (Largo)

 

Mercredi

En fait, le visage de la statue de la liberté, c'est celui de Jean-Pierre Marichaud, son surnom c'est Bernard. (Calvin)

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Pépites
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 13:20

Chez des amis, sur un terrain...

 

Quand on arrive sur Saint Gilles, il faut prendre au troisième rond-point à droite, on suit une zone artisanale puis on emprunte une route défoncée sur 300m, une borne EDF rouge à gauche, 500m, le long d'une piscine désaffectée puis encore 200m, un champ de colza, un hameau abandonné, 200m et vous y êtes. C'est simple, c'est complètement paumé. Même l'entrée est masquée par la présence de hêtres et de noisetiers... Et pourtant, vous y êtes... Où?

AU PETIT COIN DE PARADIS...

 

plan paradis

 

Plan schématique foireux du paradis en question / Légendes (on ne voit pas trop bien les numéros mais bon ça va quand même...)

 

1- Tente à gosses loin de la caravane pour adultes

2- Portique en bois avec vis à vis top dangerous pour les mômes (mais de là, ils sont hors de vue des adultes donc c'est pas grave!!!)

3- Cabane en tôle avec 2000 vis trop chiante à monter pour le groupe électrogène et le puits à cacher

4- Cabane en bois à bordel

5- WC, ben oui faut bien!!!

6- Panneau de basket pas haut pour donner l'impression qu'on est grand et qu'on est bon (ce qui même à cette hauteur s'avère inexact dans mon cas)

7- Caravane pour adultes donc, 70's, à rideaux oranges, marrons et jaunes comme il se doit, pour babas nostalgiques

8- Potager pas extraordinaire mais presque, patates nouvelles, tomates et toutes ces sortes de choses

9- Tente de réception communément appelée barnum, modèle petite ambassade avec vieux four à gaz, point d'eau, kitchenette etc... etc... C'est LE centre de vie du petit coin de paradis, on y passe la soirée, on y est bien!!!

10- Piscine à boudins avec eau du puits , froide voire méga froide tout juste sorti

11- Notre camion (pas tout le temps là évidemment)

12- Chênes, hêtres, noisetiers, épines formant tout autour une barrière naturelle cachant à la vue des petits curieux

13- Vieux portail vert en fer forgé, petite allée de noisetiers, vous êtes arrivés!!!

14- Lampe "bonne nuit", une lampe solaire éclairant le barnum, 3 heures d'autonomie... Quand ça s'éteint, il faut se coucher!!!

 

Pour le reste, sur les activités organisées en ce petit coin de paradis, il ne me reste qu'une série d'impressions:

- J'ai l'impression de boire mais mon verre est toujours plein.

- J'ai l'impression de manger mais le saladier regorge de saucisses, merguez, boudins, poitrines de porc.

- J'ai l'imression de jouer à un jeu de société mais je n'ai toujours pas compris la règle à la troisième partie (il faut faire des pizzas à base d'ingrédients précis en tenant compte des ingrédients des autres joueurs et des commandes de chacun, on peut poser une carte pizza ou pas, je suis perdu!!!

- J'ai l"impression de faire un karaoké de chansons françaises à la guitare mais personne ne chante dans la bonne tonalité (et dans la même tonalité) et on ne chante que les intros, on crie voire plus...

- J'ai l'impression d'avoir froid et c'est vrai, j'ai froid.

- J'ai l'impression d'entendre un coucou dans le bois et j'apprends que c'est ça, c'est un coucou et qu'à l'heure qu'il est, il dépose peut-être son oeuf dans le nid d'un autre coucou car les coucous font ça et je ne le savais pas.

- J'ai l'impression d'avoir dix-sept ans et d'être moniteur de colo  et après la veillée, entre moniteurs, on refait le monde une fois les gosses au lit.

- J'ai l'impression de dormir mais je regarde le ciel, les étoiles.

 

Je suis en pleine campagne à Saint Gilles Croix de Vie qui ne m'évoque rien d'autres sur le moment que la salle de la Conserverie où j'ai joué devant craquos de monde (pour une fois...) en première partie du chanteur de Sinsemilia et c'était chouette parce que jeune, frais et motivé dans le public.

Je suis en pleine campagne, sur une terrain boisé mais défriché, au gazon fraichement tondu... UN VRAI PETIT COIN DE PARADIS...

 

PS: Comme c'est un endroit qui doit rester TOP SECRET, j'ai volontairement semé de faux indices pour indiquer la route hihi... Ne cherchez pas, vous ne trouverez jamais!!!

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Carnets du coin
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 17:54

Samedi.

Hier, vendredi donc, il y avait une expo vente chez moi:

Une expo vente de sacs pour nanas, de chaussures pour enfants que kiffent les nanas, de savons pour tout le monde mais que les nanas achètent, de petits hauts (appelés "tops") pour nanas et de bouteilles d'apéros pour nanas (parce que les mecs ne boivent que du Ricard, c'est connu!!!). Il y avait donc du monde chez moi et comme vous l'aurez deviné, il n'y avait que des nanas.

 

D'où cette question légitime posée en mon for intérieur: Je reste ou je fuis? Et bien vous le saurez en lisant la suite du récit palpitant qui paraîtra le lendemain matin du jour où il a été publié!!! Tatatata!!!

 

Lendemain matin du jour où il a été publié / Suite du récit palpitant (oui comme je vous devine complétement accroc, les nerfs en pelote et suant à grosses gouttes, les yeux rivés à votre écran vous exclamant: "Oh Grand Dieu non, il ne va pas nous faire ça!!! L'intrigue était à son comble, le suspense à son maximum bamboule et il nous laisse là dans cette attente intolérable nous obligeant à retourner suivre le cours de notre vie misérable et sans intérêt quand lui s'offre chaque jour des aventures plus extraordinaires les unes que les autres", oui, comme je vous devine dans cet état donc disais-je et comme je suis plutôt gentil de nature, j'use d'un procédé littéraire des plus habiles et sans aucun respect pour la linéarité du temps, je passe directement au lendemain matin du jour où j'ai publié ce récit palpitant.

 

Je reste ou je fuis?

Non parce qu'évidemment, je peux rester. Un homme seul au milieu de tant de femmes toutes plus désirables les unes que les autres (je romance...), d'aucun aurait choisi de passer la soirée en une si agréable compagnie... Même s'il convient de préciser que ces demoiselles (enfin dames aussi) ont toutes été invitées par ma charmante compagne et du coup, comme dirait Dédé, ça limite pour choper (ah ben c'est fin ça, je tiens une de ces formes moi!!!)...

Mais alors quelle idée de fuir? Je reprends... Pour ceux qui ne suivent pas ou ne veulent pas comprendre... Une soirée entière AVEC DES FILLES??? Vous me suivez là??? Bon, en écrivant ces lignes, je sais me mettre à dos la gent féminine au grand complet que j'entends déjà comme un écho dans le lointain me rudoyer "Oh l'autre, il nous prend pour qui là? Il ne va pas tarder à nous dire que dans les soirées filles, ça danse devant Dirty Dancing, ça pleure devant Ghost et ça finit un verre de Baileys à la main en hurlant les paroles des "Yeux revolvers" de Marc Lavoine!!! Clichés!!! Faut sortir un peu!!! On a lu autre chose que Marc Levy!!!". Du coup, ne souhaitant pas tomber dans la facilité de propos et d'idées bassement misogynes et vu que je n'ai pas lu Marc Levy, ben je suis resté...

Et et et... Ben ce fût une très belle soirée d'été, nous avons écouté du Django Django, du Diego el Cigala et du Syd Matters, nous avons discuté en vrac et sans transition de la difficulté d'arrêter de fumer (mais bon, je suis non-fumeur donc j'étais plutôt dans l'écoute), des restos bios sur la Roche sur Yon, de l'organisation de la randonnée des Magnils Reigniers et de la mise en route d'un chantier de construction de maisons en paille, nous avons sué en plein soleil sur la terrasse regrettant de ne pas nous être installé à l'ombre dans le jardin, nous avons bu de la mélisse préférant la fraise pour certains, le citron pour d'autres (même si je ne suis pas sûr d'avoir goûté le citron), nous avons laissé les gosses courir un peu partout, mettre le bazar et se coucher tard, ce qui fait de nous d'excellents parents conscients et responsables, nous avons échappé une fois encore mais juste quelques heures au temps qui court et court toujours et je me suis dit que la vie se devait d'être comme une chanson, légère, inutile , fragile mais précieuse, insondable et mystérieuse.

Non, il n'y avait pas de tupperware à cette soirée tupperware. On s'en passe somme toute assez bien.

 

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Day notes
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 16:26

Je suis à la Tranche sur Mer.

Deux enfants et leur mère, deux garçons, un blanc, un métis. En jouant, ils font tomber leur moule de plage dans l'eau, leur maman se précipite pour les récupérer avant que le courant ne l'emporte, elle tient son téléphone portable en main, collé à l'oreille et manque de tomber à la renverse. Je me demande si le corps se prend plus d'onde les pieds dans l'eau, une question au passage.

Quatre jeunes filles entre 18 et 20 ans. Elles se baignent en hurlant sans cesse "24 mai, 24 mai, premier bain, 24 mai"... Elles rient fort, elles parlent fort, elles s'éclaboussent et plongent dans les vagues... En fond sonore, un slow langoureux, les images défilent au ralenti... Les peaux sont bronzées, les maillots de bain échancrées, c'est l'été... Bon, c'est un peu carte postale je sais mais une plage, c'est toujours un peu carte postale non???

Un peu plus loin, le sable, travaillé par les marées succesives, forme une dune naturelle. La mer, discrète, s'est retirée, laissant derrière cette dune naturelle une piscine naturelle. Dans cette petite mare, un petit gosse tout nu, les fesses dans l'eau. En fait, je mens, on ne voit aucun gosse tout nu les fesses dans l'eau mais ça colle tellement au tableau que moi, mentalement, je vois un petit gosse tout nu, les fesses dans l'eau. Il joue avec une pelle et un seau, le remplit d'eau puis le vide, puis le remplit, puis le vide.

Je lis un magazine que je ne connais pas "I Heart", magazine culturel itinérant. Il parle de musiciens que je ne connais pas, d'artistes peintres, illustrateurs que je ne connais pas et je trouve ça excitant tous ces gens qui inventent des choses nouvelles de par le monde et que je ne connais pas et que je découvre. Certains ont fait des tournées aux Etats-Unis, ont enregistré des albums avec des producteurs de renom. D'autres mettent côte à côte un réchaud à gaz et une paire de baskets et en font une photo d'art (avec quelques autres objets autour aussi...), d'autres encore croquent des quartiers de leur ville au fusain, encadrent leur dessin de bois de cagettes recyclés pour ensuite les exposer. C'es un numéro spécial sur Melbourne et ça donne envie d'y aller. Du coup, ça me motive pour mes carnets. Je me dis que si je présente bien les choses, quelqu'un de Melbourne lisant mon blog (ce qui a certes peu de chances d'arriver vu que déjà il faut qu'il tombe dessus et ensuite qu'il soit francophone mais bon!!!), quelqu'un de Melbourne lisant mon blog donc, aura peut-être envie de venir à la Tranche sur Mer.

Derrière moi, une invention récente et que l'on trouve de plus en plus sur le littoral, le cendrier de plage en self service. Le cendrier en question n'étant ni plus ni moins qu'une canette de soda vide. C'est du recyclage utile (si tant est qu'il y ait du recyclage inutile on est d'accord!!!) et il faut avouer que c'est assez joli, les couleurs sur les canettes, les canettes sur l'étagère en bois exotique, ça fait très océanien, ça me rappelerai presque l'art aborigène, tu vois genre en Australie, genre si tu habites à Melbourne, tu kiffes quoi, ça te rappelle ton pays et en même temps, tu es loin de chez toi... La Tranche sur Mer, quand on y pense, son pavillon de l'Aunis, avec son arche grande ouverte sur l'océan, c'est l'appel du large... Froncez les yeux, concentrez-vous, on voit Sydney et son opéra du bout du ponton de bois près de la cale de la base de voile... La Tranche sur Mer, LE spot à surfer... Il faut traverser un bout de brousse en pick up (équivalent australien du marais vendéen en Logan) et on y est... ça sort du gros... Un jour de grand vent à décorner les buffles, à la mi-septembre, ça tube!!! Les dauphins surfent côte à côte avec les locaux...

Voilà, voilà, la Tranche sur Mer ou l'Australie à portée de main... Bon sur ce, je vous laisse, j'entends un copain qui m'appelle au Didgeridoo. Cet après-midi, on the beach, c'est concours de boomerang à dos de kangourou, je ne vous dis que ça!!!

 

Repost 0
Published by monsieurpyl - dans Carnets du coin
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du Pyl
  • Le blog du Pyl
  • : Un carnet de bord... De chansons, dessins, poésies et autres divagations...
  • Contact

Mes disques

Pochette Monstres En compagnie des monstres 

 

pourquoirecto Pourquoi j'ai mangé M. Pyl

 

le declin pochette2 Juste avant le déclin

 

en roue libre pochette En roue libre 

 

pochetteenfamille En famille 

 

alancienne A l'ancienne 

 

Pochette Pyl A la campagne 

Recherche

Pages

Toutes Les Chansons Des "jean"...